Analyses financières et bilan de l’année 2016

|Posted by | News
Tags: ,

Analyse financière

Selon les analyses financières l’argent n’a jamais été si bon marché. En 2016, il était donc plus raisonnable d’investir qu’épargner, parce que de l’argent sur un compte courant ou un compte épargne perdait de la valeur. Néanmoins, l’élection de Trump semble avoir affecté les faibles taux d’intérêts, qui ont progressivement augmenté les taux d’intérêt à long terme sur les prêts hypothécaires et des produits d’épargne. Etant donné que la haute inflation de l’année dernière nous a fait perdre du pouvoir d’achat, quelques réformes fiscales ont été introduites afin d’économiser sur certaines dépenses. Enfin, vous pouvez de plus en plus gérer vos affaires bancaires grâce à votre smartphone afin d’éviter toute sorte de frustration.

1.  Faible taux d’intérêt qui vous a permis d’emprunter bon-marché mais ne vous a presque rien rapporté sur un compte épargne

A cause des faibles taux d’intérêt des dernières années, 2016 fût une année très avantageuse pour prendre un prêt hypothécaire selon diverses analyses financières. Une dizaine de clients chez BNP Paribas Fortis, ING et AXA ont même été remboursés grâce à un taux négatif sur un prêt hypothécaire à taux variable, souscris avant 2012.

Malgré les faibles taux d’intérêts, les Belges ont continué à épargner tandis que les banques Belges ont baissé les taux d’intérêt sur des comptes d’épargnes au minimum légal de 0,11%. En Août, un record de €265 milliard se trouvait sur les comptes épargne Belges, par rapport à €150 milliard au début de la crise financière. Pourtant, il semble que les comptes épargne souffrent aussi de plus en plus des faibles taux d’intérêt : les comptes courant se sont accrus de €21 milliards entre janvier et septembre, alors que “seulement” €2,6 milliard était désigné pour les comptes épargne. Compte tenu de l’inflation relativement élevée (voir ci-dessous), votre épargne a perdu de la valeur. En plus de ça, il ne semble pas que les taux d’épargne augmenteront à nouveau rapidement.

2. Des factures et des prix élevés qui ont affecté votre pouvoir d’achat

Au cours des dernières années, certaines décisions politiques ont été prises, cela a probablement affecté votre porte-monnaie en 2016. C’est notamment le cas des factures d’énergie et de carburant qui ont augmenté à cause d’une plus haute taxation. Les prix de nos factures d’électricité ont progressés de 18% par rapport à l’année dernière, notamment due à l’augmentation de la TVA sur l’électricité de 6% à 21% d’après des analyses financières. En Flandre, ceci a surtout été renforcé par l’abolition de l’électricité gratuite et l’introduction du Turteltaks (€100 par année pour une famille moyenne). Ensuite, les prix de carburant ont connu une grande croissance et depuis Août vous payez €0,50 d’accises pour chaque litre de diesel.

Avec l’augmentation du droit d’inscription annuel (de €680 à €890), l’enseignement supérieur est devenu plus cher pour l’année académique 2015-2016. Dans le cadre du Tax Shift, les accises sur l’alcool sont aussi devenues plus chères (vous payez en moyenne €2,6 de plus). En outre, le prix de tabac est aussi monté en 2016.

A cause de ces mesures et de l’augmentation des prix dans d’autres secteurs, la Belgique vit depuis plus d’un an de près la plus grande inflation que la zone Européenne aie jamais connue. L’inflation est estimée à 2% pour l’année de 2016, tandis que celle en Europe s’élèvera environ à 0,5%. Néanmoins, les salaires en Belgique ont à peine augmenté dû à la politique de modération salariale de notre gouvernement. La chose positive est que plus de gens travaillent et que les salaires augmenteront de nouveau plus dans les prochaines années.

3. Les changements fiscaux qui ont été en votre faveur selon les analyses financières 

Suite aux réformes en Flandre, Bruxelles et la Wallonie ont également rendu plus intéressante la fiscalité liée à votre héritage grâce à la baisse des tarifs lors d’un don de propriété. Ensuite, en Flandre vous pouvez également profiter d’une prime jusque €5.000 lors de l’achat d’une voiture électrique ou d’une voiture à l’hydrogène, ainsi qu’une exonération de la taxe d’enregistrement (IPI) et la taxe annuelle de circulation.

Après que le bonus logement régional ait été réduit en Flandre début 2016, la Wallonie a mis en place le chèque habitat. A Bruxelles, le bonus logement régional disparaîtra à partir de janvier 2017 et l’exemption des frais d’inscription sera plus élevée. Ceci implique, que vous profitez immédiatement d’un avantage fiscal de €21.875 pour un logement entre €175.000 et €500.000, au lieu d’une exemption plus basse (€7.500). En plus de ça, vous profitez immédiatement de l’avantage fiscal, tandis qu’avant ceci était sur toute l’échéance du prêt hypothécaire.

4. Les bouleversements politiques qui ont été ressentis jusqu’en Belgique

Après le Brexit en juin, la valeur de la livre Sterling a commencé à baisser par rapport à l’Euro. Vous pouvez en bénéficier si vous vous rendez à Londres ou faites un achat sur un web shop Britannique. Voyager vers les Etats-Unis et acheter des produits Américains est devenu plus cher après l’élection de Donald Trump. La valeur du dollar Américain a monté par rapport à l’Euro.

L’effet de l’élection de Trump se fait aussi sentir sur les marchés financiers, où les actions Américaines ont connu une grande croissance. Au cours du dernier trimestre, les taux à long terme Belges ont également fortement augmenté et il est prévu que cette tendance à la hausse se poursuive en 2017. Epargner à long terme pourrait devenir donc de nouveau intéressant, tandis que des prêts hypothécaires deviendront de nouveau plus chers.

5. Régler ses affaires bancaires par mobile est devenu très populaire

Le secteur financier se trouve dans une phase d’innovation. Ceci n’est pas seulement dû aux restructurations annoncées par p.ex. ING, AXA et Ergo. En 2016, beaucoup de Belges ont découvert la facilité de régler leurs affaires bancaires par smartphone. Les applications bancaires ne sont pas les seules a avoir subit une grande croissance, les applications de paiement comme SEQR et Payconiq ont elles aussi pu atteindre plus de dix milles magasins en Belgique. Avec plus de 3 Belges sur 4 qui paient régulièrement par mobile, la Belgique se trouve sur la dixième place selon l’étude de Visa, devant la Grande-Bretagne et nos pays voisins.

La tendance ‘appification’ au sein du secteur financier se poursuivra sans doute au cours de la prochaine année. MasterCard, par exemple, a lancé une application, où vous pouvez effectuer des paiements par un selfie, des empreintes digitales ou par reconnaissance vocale.

Rui Trindade

A propos Rui Trindade

Jeune passionné par les finances personnelles, Rui tient à coeur de vous faire partager ses meilleurs conseils et astuces pour vous aider dans votre vie quotidienne.