Les Danois obtiennent de l’argent pour contracter un prêt au logement. Est-ce également possible en Belgique ?

|Posted by | Prêt hypothécaire
Tags: ,

Les Danois qui veulent acheter une maison peuvent faire des affaires d’or en ce moment. La Jyske Bank, troisième banque danoise, applique un taux d’intérêt négatif aux prêts résidentiels pour une durée de 10 ans. En Belgique, de tels scénarios n’existent pas.

Les Danois qui contractent un prêt résidentiel de dix ans auprès de la Jyske Bank obtiennent un taux d’intérêt négatif de -0,5 %. Cela signifie que chaque mois, ils doivent rembourser moins que ce qu’ils ont emprunté. Les clients de la banque danoise Nordea Bank peuvent également profiter de cette situation. Quiconque contracte un prêt résidentiel auprès de cette banque pour une durée maximale de 20 ans ne paie pas d’intérêts. Chez Nordea Bank, un prêt de 30 ans est soumis à un taux d’intérêt de 0,5 %.

Mikkel Høegh, économiste à la Jyske Bank, souligne dans la presse internationale que malgré les taux d’intérêts négatif, les Danois doivent encore payer légèrement plus aux banques que ce qu’ils empruntent. « C’est parce que les banques danoises facturent toutes sortes de frais lorsque vous contractez un prêt résidentiel », semble-t-il.

Taux d’intérêt négatifs en Belgique

Dans notre pays, il y a également eu un taux d’intérêt négatif en 2016. Les banques AXA Bank et Belfius ont alors été discréditées parce qu’elles ont refusé de baisser le taux d’intérêt en dessous de 0 pour cent. Toutefois, certains clients qui avaient auparavant opté pour un taux d’intérêt variable avaient droit à un taux d’intérêt négatif. Après de nombreuses querelles entre l’Ombudsfin et les deux banques, AXA Bank et Belfius ont changé de cap.

Depuis lors, presque toutes les banques ont inclus dans leurs conditions un paragraphe stipulant que le taux d’intérêt ne peut tomber en dessous de 0 pour cent. En conséquence, un taux d’intérêt négatif est désormais exclu en Belgique.

Deux mondes différents

Même ceux qui rêvent d’emprunter de l’argent sans taux d’intérêt seront déçus. Les banques danoises peuvent appliquer des taux beaucoup plus bas qu’avec nous parce qu’elles financent les prêts au logement d’une manière différente.

Au Danemark, les banques utilisent l’argent des investisseurs spécialisés pour accorder des prêts. Ces investisseurs peuvent souscrire des obligations dites hypothécaires et recevoir un coupon en échange (intérêt sur l’obligation). Comme les taux d’intérêt du marché ont été très bas ces dernières années, les coupons sur ces obligations sont en baisse. Ces taux d’intérêt sont immédiatement répercutés sur les ménages emprunteurs. Plus le coupon est bas, plus il est avantageux pour les emprunteurs.

En Belgique, par contre, les banques utilisent notre épargne pour accorder des prêts. C’est aussi l’une des principales sources de revenus des banques : la conversion de l’épargne en prêts. Les banques tirent leurs revenus de la différence entre le taux d’épargne et le taux hypothécaire. Et la différence est là: en Belgique, les banques sont tenues de payer au moins 0,11 pour cent d’intérêts d’épargne (sur les livrets d’épargne réglementés). Ces frais minimaux font en sorte que les banques ne peuvent pas baisser indéfiniment le taux d’intérêt hypothécaire. S’ils le font, les marges bénéficiaires seront soumises à de fortes pressions.

Les épargnants paient le prix au Danemark

Les épargnants au Danemark ont moins de chance. Dans les pays scandinaves, il n’y a pas de limite inférieure pour les intérêts d’épargne. Par exemple, si vous ouvrez un compte d’épargne ordinaire chez Nordea Bank, vous devez vous satisfaire d’un taux d’épargne de 0,05 pour cent.

Jyske Bank va encore plus loin et laisse le taux d’intérêt jusqu’à -0,6% pour les épargnants fortunés qui ont plus de 7,5 millions de couronnes (1 million d’euros) sur leur compte épargne.