Par tranche de 10 000 euros économisés, vous perdez chaque année 183 euros de pouvoir d’achat

|Posted by | Finances
Tags: ,

Le faible taux d’intérêt sur l’épargne ne semble pas dissuader les personnes voulant épargner. Au contraire, nous n’avons jamais épargné autant d’argent sur nos carnets d’épargne. Fin juin, pas moins de 278,4 milliards d’euros étaient inscrits au livret d’épargne belge, un nouveau record.

Pourquoi le taux d’épargne est-il si bas ?

Les banques souffrent toujours de la politique des taux d’intérêt peu élevés de la Banque centrale européenne (BCE). En fin de journée, elles sont tenus de payer un taux d’intérêt (0,4 %) si elles déposent auprès des banques centrales un excédent de capital. La BCE espère ainsi encourager les banques à prêter plus d’argent afin de stimuler la croissance économique et l’inflation. Seulement, il y a un inconvénient à cette politique : aujourd’hui, près de la moitié des livrets d’épargne de la Belgique ne rapportent pas plus de 0,11 %.

Le faible taux d’intérêt sur l’épargne porte atteinte à notre pouvoir d’achat. Il est beaucoup moins élevé que l’inflation dans notre pays. Le taux d’inflation moyen belge entre janvier et juillet a été de 1,94%. C’est 17 fois plus que ce que rapporte un compte d’épargne traditionnel. Et ce n’est que si nous pensons au portefeuille.

Plus de 180 euros de perte de pouvoir d’achat

En supposant que tout le capital d’épargne se trouve sur des livrets d’épargne à un taux d’intérêt de 0,11 % et que l’inflation moyenne reste inchangée, nous perdons 183 euros par an pour chaque tranche de 10.000 euros que nous épargnons.

Si vous placez votre capital sur le compte épargne le plus performant du marché – Fidelity Savings by MeDirect (0,85%) – vous pouvez limiter la perte de pouvoir d’achat à 109 euros par an.

Nous laissons aussi beaucoup d’argent sur les comptes courants. En juin, pas moins de 251,8 milliards d’euros étaient placés sur les comptes courants, selon les chiffres de la Banque nationale. Contrairement à un compte d’épargne, vous n’obtenez aucun intérêt sur cet argent. Notre calcul montre que toute personne qui laisse son argent sur un compte courant doit perdre en moyenne 194 euros (par tranche de 10.000 euros) de pouvoir d’achat chaque année.

Les épargnants doivent prendre des risques

Quiconque veut protéger son pouvoir d’achat contre l’inflation doit prendre des risques. Malheureusement, les alternatives sûres au compte d’épargne ne suffisent pas à suivre le rythme de l’inflation. Par exemple, celui qui place son épargne sur un compte à terme pendant dix ans doit, au mieux, se contenter d’un rendement annuel de 1,82 % net. C’est le cas du compte à terme Saver+ d’Izola Bank (10 ans).

Selon la Banque nationale, il y a 22,2 milliards d’euros dans les comptes à long terme (durée > 1 an).

En tant qu’investisseur inexpérimenté, déposer votre argent sur les marchés boursiers et obligataires ne vous aidera évidemment pas non plus. Les investisseurs inexpérimentés peuvent trouver ce qu’ils recherchent dans les fonds d’investissement. Ceux qui investissent par l’intermédiaire de ces fonds divisent leur capital en divers produits de placement, allant des obligations et des actions aux marchandises et à l’argent.

En outre, les conseillers sont tenus d’établir un profil de risque avant de proposer un produit particulier. Par exemple, en tant qu’investisseur défensif, vous n’obtiendrez jamais la proposition d’investir dans un fonds de placement qui investit principalement dans des actions. Cela n’exclut pas la possibilité que vous perdiez une partie de votre capital.