Parole d’expert : Impact de la pandémie de coronavirus sur la finance et l’économie (Gertjan Verdickt)

|Posted by | Finances
Tags: , ,
Impact de la crise sanitaire sur la finance et l’économie

Gertjan Verdickt, professeur adjoint de finance à la KU Leuven, a pris le temps d’accorder un entretien à TopCompare pendant qu’il enseignait. Il donne son avis sur l’impact de la pandémie de Covid19 sur les finances des citoyens et l’économie. « Il y a un changement dans le comportement d’achat des consommateurs et aussi sur le marché boursier »

Ces derniers mois, les médias ont régulièrement titré que l’impact de la pandémie sur l’économie et les consommateurs était important. Mais quelle est l’ampleur réelle de cet impact ? Dans quels domaines s’est-il manifesté ? 

Gertjan Verdickt : « Je vois l’impact de la crise sanitaire principalement dans trois domaines. Tout d’abord, le ralentissement de l’économie, mais surtout les faillites associées. Il existe de nombreux pays qui dépendent fortement du tourisme. Les Maldives, par exemple, ont vu leur PIB chuter de 32 %, les Fidji de 19 % et l’Australie de 2,4 %. L’économie belge a ralenti de plus de 6 % l’année dernière. En soi, c’est énorme et il ne faut surtout pas le sous-estimer. Le fait que l’économie ralentisse n’est pas en soi une mauvaise chose, mais je pense que le plus gros problème est celui des faillites qui vont survenir dans les mois à venir. L’année dernière, relativement peu d’entreprises ont fait faillite, mais cela était principalement dû à un soutien important de l’État. Un problème supplémentaire se pose alors : à quelle vitesse les consommateurs recommenceront-ils à consommer ? Je pense à Kinepolis, par exemple. Depuis la semaine dernière, nous pouvons retourner au cinéma, mais dans quelle mesure les citoyens vont-ils regarder un film en grand groupe ? Je ne sais pas combien de personnes attendent ça. Malgré le fait que la confiance des consommateurs soit actuellement élevée, je pense que le contrecoup est encore à venir. Parce que beaucoup d’entreprises sont soutenues par le gouvernement aujourd’hui, mais que se passera-t-il lorsque ce soutien gouvernemental disparaîtra ? »

« Deuxièmement, l’effet de levier, c’est-à-dire la part de vos actifs totaux que vous allez emprunter. Actuellement, nous constatons que l’effet de levier des entreprises est à un niveau élevé. Plus élevé que dans la période précédant la pandémie, mais certainement aussi plus élevé qu’avant. Il est certain que l’année dernière, beaucoup de dettes à long terme ont été contractées. En soi, ce n’est pas nécessairement un problème, mais que signifie la dette à long terme ? Eh bien, vous devez payer des intérêts chaque mois ou chaque période et, à la fin de la journée, vous devez rembourser cette dette s’il s’agit d’obligations. Cela signifie que vous avez moins de flexibilité financière. C’est beaucoup moins le cas avec les actions, car si l’entreprise ne se porte pas bien pendant un certain temps, elle ne verse pas de dividendes ou la valeur des actions baisse. C’est temporairement mauvais pour les consommateurs, mais ce n’est pas non plus une catastrophe. Si vous ne pouvez pas payer les intérêts sur les obligations ou bien si vous ne pouvez pas rembourser les obligations, c’est un plus gros problème. Donc le fait que cet effet de levier soit si élevé, que beaucoup de dettes à long terme soient émises, est aussi une sorte de problème. »

« Troisièmement, nous voyons qu’aujourd’hui les prix des actions sont à un niveau assez élevé. Cela signifie également que la valeur des garanties pour les ménages est à un niveau élevé. Si les actions baissent, cela peut aussi créer de sérieux inconvénients pour les consommateurs et les ménages. Bien que la situation semble rose pour le moment, je pense qu’il y a beaucoup de choses qui pourraient encore causer des problèmes auxquels nous ne pensons pas vraiment pour le moment. »

« Une autre chose qui m’inquiète certainement : une crise n’est jamais isolée. Les crises sont en fait assez courantes. La crise bancaire de 2008 n’est pas si lointaine, tout comme la crise de l’euro de 2010. En 2008, nous avons dû mettre la main à la poche pour que certaines banques et entreprises se remettent sur pied. Nous devons faire de même aujourd’hui. Bien sûr, vous ne pouvez pas continuer à faire cela avec une dette publique qui ne cesse d’augmenter. Le soutien du gouvernement pendant la pandémie de coronavirus était certainement nécessaire, mais dans les mois et années à venir, le gouvernement et la façon dont il gère son portefeuille devront s’adapter. Nous ne pouvons pas continuer à aller dans le rouge sans conséquences. Quelqu’un devra finalement payer pour cela, que ce soit directement, par le biais d’une baisse des pensions ou d’une hausse des impôts. En Belgique, nous repoussons les problèmes et nous ne pouvons pas continuer à le faire. Certainement pas quand on sait que, tous les deux ans, un problème ou une crise survient. Je pense que nous ne sommes pas suffisamment préparés au prochain problème, quel qu’il soit. »

Gertjan Verdickt
Gertjan Verdickt: « L’évolution de la grippe espagnole est en fait assez similaire à celle de la pandémie de coronavirus. Les consommateurs ont retardé leurs achats et cela était encore visible un ou deux à trois ans plus tard. Après cela, les citoyens ont tendance à revenir à leurs anciennes habitudes. »

Y a-t-il un changement de comportement dans la façon dont les consommateurs gèrent leur argent ?

« Je pense à deux choses précises. D’une part, vous avez le consommateur en tant que personne. Une étude montre qu’au moins 20 % de notre comportement va être modifié, notamment en ce qui concerne notre lieu de travail. 20 % de notre travail sera effectué à la maison. Il y a de nombreuses raisons à cela : le processus s’est déroulé plus facilement que prévu, les entreprises ont pris des mesures, les stigmates qui l’entouraient ont disparu, il y a eu beaucoup d’innovation technologique, … D’autre part, la peur d’être infecté existe toujours, surtout si nous venons en grand groupe. Cela entraîne un certain comportement chez les consommateurs. Si nous regardons l’argent : beaucoup de personnes perdent de l’argent. Aux États-Unis, par exemple, en mai 2020, on a enregistré une perte de revenu moyenne de 5 300 dollars. La perte moyenne de richesse était de plus de 33 000 dollars. Comme prévu, les secteurs les plus durement touchés sont le commerce de détail, les restaurants, le divertissement et les voyages. De plus, si nous commençons à travailler davantage à domicile, il y aura une évolution plus importante dans ce sens. Peut-être allons-nous dépenser moins d’argent pour notre voiture parce que nous l’utilisons moins. Nous constatons également que le ménage moyen est beaucoup moins enclin à acheter des fonds d’actions. L’incertitude économique entraîne réellement une baisse significative du nombre de fonds d’actions achetés. Donc, d’une part, il y a un changement de comportement quant à ce que nous allons acheter et, d’autre part, ce n’est pas toujours rose non plus sur le marché boursier. »

La crise sanitaire va-t-elle avoir un impact durable sur la façon dont les citoyens gèrent leur argent et leurs finances ?

« Comme je l’ai mentionné, il y a moins de dépenses pour le commerce de détail, les restaurants, les divertissements et les voyages. Je pense que c’est quelque chose qui va certainement perdurer. De nombreuses enquêtes l’ont également montré. Les plats à emporter ont connu un énorme succès, si bien que les consommateurs regardent les restaurants d’une manière différente. Le Collect&Go de Colruyt, par exemple, est également très populaire. Les entreprises qui ne proposaient pas un tel service avant la crise, le proposent toutes aujourd’hui. Bien entendu, cela permet également de dépenser beaucoup moins. Lorsque vous allez au magasin de fruits et légumes et que vous voyez un beau fruit, vous le prenez comme un petit extra. En ligne, on achète de façon beaucoup plus raisonnée, donc on dépense moins que ce que l’on ferait normalement. De cette façon, il y a également un changement visible de comportement. Néanmoins, la confiance des consommateurs reste relativement élevée, de sorte que les citoyens continuent de dépenser. On peut aussi lire dans les enquêtes et les études que beaucoup de personnes ont l’argent et veulent le dépenser, mais qu’ils attendent encore que de nombreuses mesures soient levées. »

Pensez-vous que ces effets seront de court ou long terme après la crise ?

« J’ai moi-même moins de recul sur ce sujet, mais si l’on regarde ce qui s’est passé il y a un siècle, par exemple, cela joue toujours un rôle. L’évolution de la grippe espagnole est en fait assez similaire à celle de la pandémie de corona. Pendant la grippe espagnole, il y a eu une première vague relativement limitée à la mi-1918, une deuxième vague très importante à la fin de 1919, puis quelques autres vagues localement en 1920. Si l’on compare les deux pandémies, les similitudes sont frappantes. Les consommateurs ont retardé leurs achats et cela était encore visible un ou deux à trois ans plus tard. Après cela, les citoyens ont tendance à revenir à leurs anciennes habitudes. Est-ce qu’il en sera de même ici ? Je ne sais pas, mais les éléments d’un parcours similaire sont visibles aujourd’hui. »

Vous avez déjà fait des recherches sur l’effet de la grippe espagnole sur le prix des assurances-vie. Reconnaissez-vous certains résultats de cette recherche dans le contexte actuel ? 

« Beaucoup de choses se répètent. Au cours de mes recherches, j’ai lu beaucoup de journaux de l’époque et les mêmes reportages de l’époque se retrouvent aujourd’hui. Un titre de journal de l’époque disait littéralement : « La personne qui ne porte pas de masque crie le plus fort et veut imposer encore plus son opinion ». C’est un phénomène que nous constatons également aujourd’hui.”

« Un regard sur le marché boursier est également intéressant. L’année dernière, en mars, le marché boursier a chuté massivement et on observe quelque chose de similaire en 1918. Pourtant, la reprise a été assez rapide, tout comme en 1918. Au final, l’impact sur le marché boursier a été relativement faible. Mais quelles sont les actions qui se portent le mieux ? Il s’agit, bien sûr, des valeurs technologiques, comme Amazon, Microsoft ou Apple. Le prix d’une action correspond à tous les flux de trésorerie futurs convertis à aujourd’hui, donc, en termes simples, combien de revenus allons-nous faire l’année prochaine, dans deux ans, dans cinq ans, dans dix ans et nous les convertissons à aujourd’hui. C’est le prix d’une action. Nous constatons alors que la plupart des flux financiers se situent dans un avenir plus lointain que deux ans. La question est donc de savoir quel sera l’impact du COVID d’ici cinq ans. Cet impact semble limité, il n’est donc pas très surprenant que les actions soient moins touchées maintenant. »

« Dans nos recherches sur la grippe espagnole, nous nous sommes intéressés à l’assurance-vie car nous pensons que ce secteur est le plus durement touché par une telle pandémie. Vous faites des calculs sur la base de l’espérance de vie d’une personne pendant tant d’années et vous ajustez votre prix en conséquence. Mais si soudainement – notamment pendant la grippe espagnole – un grand nombre de trentenaires ou de quadragénaires décèdent, vous devez payer plus rapidement, mais vous avez aussi moins de revenus. Pendant une crise, moins de personnes paieront, et votre bilan est donc aussi énormément affecté. Vous avez alors soudainement un impact à différents niveaux. Puis, tout à coup, il y a eu une énorme demande d’assurance-vie, ce qui est également le cas aujourd’hui. À l’époque, les différences de prix étaient énormes, ce qui est beaucoup moins le cas aujourd’hui. Ce n’est pas parce que vous êtes un assureur vie durement touché par la pandémie que vous allez modifier sensiblement vos prix. C’était le cas il y a 100 ans. Ce qui pourrait être une grande différence, c’est qu’en 1918, nous sortions tout juste d’une guerre mondiale. Aujourd’hui et l’année dernière, il s’agit plutôt d’une période de récession. La croissance en Belgique a baissé de 6%, ce qui était moins qu’à l’époque. On constate donc de grandes différences, mais on ne peut s’empêcher de remarquer que beaucoup de choses reviennent également. Il est alors intéressant de pouvoir tirer des enseignements de l’histoire. »

Quelles leçons d’économie financière peut-on tirer de la crise jusqu’à présent, et notamment pour la Belgique ? 

« Ce qui est très clair maintenant : l’aide gouvernementale fonctionne. Si les pays n’aident pas, vous créez vraiment une énorme boucle de rétroaction négative entre l’économie réelle et l’économie financière. C’est là que le monde entier, y compris la Belgique, a évité un désastre macroéconomique, jusqu’à présent. D’autre part, la recherche nous apprend également que le gouvernement est très mauvais dans le choix des entreprises à aider. En ce moment, nous écrivons un article sur le fait que les entreprises qui sont aidées ne sont pas nécessairement plus rentables que celles qui ne le sont pas. Il semble qu’il y ait davantage de transfert de richesse du gouvernement vers les actionnaires et moins directement vers les entreprises lorsqu’il s’agit de rentabilité et d’emploi. Aider est positif, mais le bon choix n’est pas toujours fait quant aux entreprises à aider. Je pense que c’est la principale leçon à tirer de la crise. » 

« Ce qui est également très clair, c’est que l’ensemble de l’Europe n’a pas fait aussi bien lorsque nous examinons des mesures spécifiques. Si nous prenons l’exemple de notre pays : en février, on dit que les coiffeurs peuvent rouvrir et un peu plus tard, les coiffeurs ferment soudainement à nouveau. Il semble que ce soit toujours une stratégie du tout ou rien : soit tout est ouvert, soit tout est fermé. En Europe, c’est plus ou moins la même chose. Chaque pays suit les autres, regarde ce qu’ils font, et la peur d’être jugé politiquement semble être très élevée. Cela fait que la reprise est beaucoup plus lente qu’elle n’aurait dû l’être. »

« Un autre problème très évident est que, par le passé, la Belgique a consacré beaucoup trop peu d’efforts au commerce électronique. En période de crise, on s’aperçoit alors que c’est un problème, car nous dépendons davantage d’Internet et des plats à emporter, par exemple. La Belgique est vraiment en retard dans ce domaine. Il est devenu clair aujourd’hui que nous devons nous concentrer davantage sur cette vague technologique à l’avenir. »

Avez-vous des conseils financiers à donner aux consommateurs ?

« Gardez une trace de vos dépenses et ne dépensez que ce que vous pouvez réellement vous permettre. Surtout si vous investissez en bourse ou dans l’immobilier, par exemple. Rien n’est aussi terrible que d’investir 1 000 € dans une action maintenant, mais dans quelques mois, ces 1 000 € seront vraiment nécessaires. Si vous devez ensuite vendre et que vous devez le faire à un prix inférieur, cela perd de son intérêt. N’investissez sur le marché boursier qu’avec l’argent dont vous n’avez pas besoin sur une longue période, et j’entends par là au moins cinq, sept ou dix ans. Lorsque vous investissez, vous ne perdez jamais d’argent lorsque vous investissez sur le marché. Donc pas spécifiquement en actions, mais sur le marché (par exemple les ETF). Suivre le marché va vous épargner beaucoup de stress et, au bout du compte, vous obtiendrez le même résultat et serez mieux loti. »