Séjour linguistique : 3 conseils clefs pour le préparer au mieux

|Posted by | Lifestyle
Tags: , ,

séjour linguistique

Aujourd’hui, nombreux sont les étudiants qui partent à l’étranger durant leurs études, que ce soit pour un stage ou en séjour linguistique (Erasmus). Il s’agit d’une étape importante pour un jeune, et booster un CV. Voici 3 conseils signés TopCompare.be pour vous aider à préparer ce séjour incroyable.

Recherche d’une bourse

Qui dit départ à l’étranger dit bien souvent recherche d’une bourse. Et oui, un séjour linguistique, Erasmus ou autre coûte bien souvent trop d’argent. C’est la raison pour laquelle il est possible d’obtenir une bourse, selon certains critères.

Ainsi, si votre destination se trouve en Europe (ou en Islande, Macédoine, Norvège, Liechtenstein Turquie), vous pouvez vous postuler pour la bourse Erasmus+. Il s’agit de l’une des aides financières les plus connues en Union Européenne. Grâce à cette bourse, vous pouvez financer votre séjour de 3 à 12 mois en bénéficiant d’une aide qui peut s’élever à 500€ par mois.

Choix de la destination

En effectuant un stage à l’étranger ou un séjour linguistique, vous aurez énormément à apprendre. Durant cette période, vous continuerez à suivre des cours liés à vos études, que ce soit en anglais ou dans la langue du pays ciblé. Mais vous apprendrez également à connaître une nouvelle culture, à vous ouvrir à de nouvelles mœurs ainsi qu’à sortir de votre zone de confort.

Par ailleurs, étant donné que cette expérience apparaîtra sur votre CV, vous devez choisir votre destination de façon judicieuse. Il est donc essentiel de se poser les bonnes questions : pourquoi ai-je décidé d’effectuer un séjour linguistique ? S’agit-il d’un voyage découverte ou une anticipation de ma carrière ? Le programme proposé par l’université choisie correspond-il à mon domaine d’études ? La langue parlée dans le pays est-elle importante pour moi, a-t-elle une valeur ajoutée ? Quel est le niveau de vie sur place ?

Nombreux sont les jeunes qui visent le Royaume-Uni ou les États-Unis afin d’améliorer leur niveau d’anglais. Mais il existe tout un panel d’autres possibilités d’avoir des cours dans la langue de Shakespeare. Dans les pays scandinaves, par exemple, les cursus proposés sont généralement en anglais. C’est le cas, entre autres, au Danemark, en Norvège ainsi qu’en Suède.

Recherche de logement et vie locale

Cibler le pays désiré était donc la première étape. La suivante, et non des moindres, est de trouver un logement. Mais selon les pays, ce n’est pas une mince affaire. Au niveau des possibilités, vous pouvez, d’une part, aller à l’internat (c’est très courant en Russie, par exemple) et, d’autre part, trouver un kot ou une colocation. De la sorte, vous aurez la possibilité de parler une langue étrangère à la maison, ce qui vous permettra de voir vos compétences linguistiques grimper en flèche. En revanche, cela peut s’avérer compliqué dans certains pays. En Allemagne, par exemple, si vous souhaitez trouver un chouette appartement, vous devrez passer des « entretiens », assez similaires à un casting. Il est donc essentiel de bien s’y prendre à l’avance tant la paperasse et le chemin pour trouver un logement digne de ce nom peut être complexe.

L’idéal, par conséquent, est de préparer son séjour linguistique le plus possible en Belgique. Par ailleurs, pour éviter tout pépin sur place, il est possible de contracter une assurance habitation chez son courtier. En effet, en cas de dégradation ou de vol, vous serez couvert par votre assurance. Il en va de même si vous détériorez votre chambre ou logement. Ou si un incendie venait à se déclencher, une bonbonne de gaz venait à exploser ou encore si un tuyau d’eau venait à se rompre. Bref, vous serez bien couvert.

Ensuite, arriver dans une nouvelle ville n’est pas chose facile. Il peut donc être intéressant de vous mettre en contact avec des étudiants locaux. Vous pourrez, de la sorte, avoir des conseils quant aux meilleurs quartiers où loger, où sortir, où trouver un bon supermarché pas trop cher, … Grâce à eux, vous vous adapterez plus facilement et vous sentirez probablement plus intégré. Et pour contribuer à cela, certaines universités organisent un système de tandem linguistique : chaque étudiant en échange se voit attribuer un binôme local qui l’aidera à découvrir la ville et à venir à bout des différentes démarches administratives et autres. Mais si ce n’est pas le cas de votre université, vous pouvez, par exemple, vous rendre sur des sites de communautés ou sur différents groupes Facebook. Vous pouvez également rencontrer des gens via des sites de tandem linguistiques, grâce auxquels vous aurez l’occasion de pratiquer une langue. C’est totalement gratuit et, qui plus est, vous élargirez facilement élargir votre cercle de connaissances.

Finances et assurances : des étapes clefs

Souvent, partir en séjour linguistique signifie ouvrir un compte bancaire à l’étranger. Si la destination choisie est dans la zone euro, alors les conditions sont les mêmes qu’en Belgique. Et oui, les directives bancaires européennes facilitent ici la vie des citoyens européens. Vous devrez donc tout simplement fournir une pièce d’identité, que ce soit votre carte ou votre passeport, un justificatif de domicile ainsi que, dans certains cas, une preuve de revenus. Mais cette dernière n’est généralement pas nécessaire pour les étudiants. Afin de vous faciliter la tâche, vous pouvez opter pour un compte à distance, au moyen d’une signature digitale. En dehors de la zone euro, en revanche, les démarches seront plus nombreuses. Vous devrez donc impérativement vous renseigner au préalable auprès de la banque concernée.

Mais à l’étranger, tout comme en Belgique, nul n’est à l’abri d’un pépin quelconque. Il est donc vivement conseillé de contracter une assurance voyage afin de pallier tout problème. À titre d’exemple représentatif, l’assurance ING dite Lion Assistance couvre :

  •  Les frais médicaux post-hospitaliers à l’étranger ;
  •  Le rapatriement en Belgique en cas de nécessité ;
  •  Les visites en cas d’hospitalisation ;
  •  Le retour anticipé urgent.

En règle générale, il faut résider en Belgique au minimum 6 mois sur l’année pour pouvoir contracter une assurance. Mais grâce à tous ces conseils, vous partirez l’esprit tranquille et profiterez au maximum de ce séjour linguistique.

Article en partenariat avec ING.

Pauline le Hardy

A propos Pauline le Hardy

Pauline est passionnée d'écriture et de découvertes et vous partage ses bons plans financiers pour économiser chaque jour un peu plus.