Fin des suppléments lors d’achats par carte

|Posted by | Carte de crédit

supplément

Actuellement, les commerçants peuvent vous facturer un supplément en cas de paiement par carte, de virement ou de domiciliation. En effet, selon un communiqué de presse publié par le SPF Économie, à partir du 09 août 2018, ils ne seront en plus de vous faire payer l’utilisation du service. Nous avons analysé la question pour vous et vous la résumons en 5 points.

1. Origine de cette interdiction

La raison de la suppression de l’application de ces suppléments vient du fait que la Belgique souhaite une égalité entre tous les moyens de paiements. Grâce à cela, il est clair pour les consommateurs que les commerçants ne pourront plus répercuter de tels coûts sur leurs achats, qu’ils soient payés par carte, virement ou domiciliation.

2. Suppression des suppléments

À dater du 09 août 2018, les commerçants ne pourront donc plus facturer de frais supplémentaires à leurs clients en cas de paiements électroniques, notamment par carte. L’origine de ces coûts vient de l’utilisation du service qu’ils doivent eux-mêmes payer. Les répercuter sur vos achats leur permet donc de limiter leurs dépenses.

Et cela concerne donc tous types de cartes et de paiements. Ainsi, que vous utilisiez une carte de crédit (Visa, Mastercard, American Express) ou de débit, ou que vous effectuiez vos achat en ligne ou en magasin, vous ne payerez plus aucun frais de transaction.

3. Pas de frais cachés

Mais une telle suppression aura-t-elle un impact sur lesdits frais administratifs lors d’achats réalisés sur Internet ? Voilà une question tout à fait légitime. Cependant, n’ayez pas d’inquiétude : les commerçants sont dans l’obligation de clairement mentionner la raison des différents frais administratifs. Ainsi, lors de tout achat, vous recevrez de claires informations quant à la raison de ces suppléments. En cas de doute, n’hésitez pas à en informer le commerçant ou à le signaler auprès du SPF Économie directement.

4. Utilisation des espèces

Il y a peu de risques que les commerçants n’acceptent plus que les espèces. La première raison est la suivante : l’Union européenne est déjà parvenue à réduire et limiter les coûts dont ils doivent s’acquitter pour pouvoir utiliser les paiements électroniques. La deuxième est qu’ils ont tendance à favoriser ces derniers afin de limiter les liquidités en magasin et ainsi, réduire les risques de cambriolages et augmenter la sécurité.

Par ailleurs, ils ne peuvent interdir les paiements en cash étant donné qu’il s’agit d’un moyen légal octroyé aux acheteurs. Sachez cependant que vous ne pouvez payer en liquide que jusqu’à 3.000€. En revanche, ils peuvent limiter l’utilisation d’une carte en fixant un montant minimum, à la condition que le client en soit clairement informé.

5. Réclamation de frais supplémentaires

Il est possible que certains commerçants continuent à facturer un supplément. Dans ce cas, plusieurs options s’offrent à vous. La première reste de payer en liquide. La deuxième est d’attirer l’attention du vendeur sur le côté illégal de cette pratique. Et enfin, la troisième consiste à reporter le commerçant auprès du SPF Économie.

Pauline le Hardy

A propos Pauline le Hardy

Pauline est passionnée d'écriture et de découvertes et vous partage ses bons plans financiers pour économiser chaque jour un peu plus.