Menu

Prêt hypothécaire pour rénovation: comparez et trouvez le meilleur taux

Découvrez comment financer la rénovation de votre maison avec un nouveau prêt ou avec la reprise de votre prêt hypothécaire actuel. Comparez les taux et trouvez le prêt immobilier le moins cher !

Tout savoir sur le prêt hypothécaire en Belgique

Vous venez d’acheter une maison qui nécessite une petite ou une grande rénovation ? Ou peut-être désirez-vous rafraîchir votre maison après toutes ces années ? Vous êtes donc probablement à la recherche d’un moyen de financer vos travaux de rénovation. Le choix de la voie à suivre dépend du coût des travaux, des moyens dont vous disposez et de votre capacité de remboursement mensuel.

Il existe plusieurs façons de financer la rénovation de votre habitation:

  • Contracter un nouveau prêt hypothécaire pour votre rénovation.
  • Reprise de votre prêt hypothécaire.
  • Contracter un prêt travaux.
  • Demander un prêt vert (différent selon la région et sous différentes conditions).
  • Subventions gouvernementales (différentes selon la région et sous certaines conditions).

Si vous avez prévu d’importants travaux de rénovation pour lesquels vous devez emprunter un montant considérable, il peut être judicieux de contracter un prêt hypothécaire. Après tout, un prêt immobilier vous permet d’emprunter un montant important à un faible taux d’intérêt. Vous pouvez contracter un prêt hypothécaire pour vos travaux de rénovation si, par exemple, vous n’avez pas encore d’hypothèque sur votre maison ou si le montant dont vous avez besoin est trop élevé pour une reprise (voir plus loin).

Sur TopCompare, vous pouvez comparer gratuitement et rapidement les prêts hypothécaires de différents fournisseurs. Vous pouvez donc trouver le prêt immobilier avec le taux d’intérêt le plus bas pour votre rénovation.

Contracter un nouveau prêt immobilier pour vos travaux de rénovation présente quelques avantages :

  • Vous pouvez emprunter un montant plus élevé pour des rénovations importantes.
  • Le taux d’intérêt est inférieur à celui d’un prêt personnel pour rénovation.
  • Vous pouvez choisir vous-même plusieurs éléments : la durée, le type de taux d’intérêt (fixe ou variable) et l’option d’assurance solde restant dû. Vous pouvez également négocier les taux et les conditions.
  • Vous pouvez combiner le crédit avec les primes de l’État pour rendre votre maison plus efficace sur le plan énergétique.

La souscription d’un nouveau prêt immobilier pour des travaux de rénovation présente également certains inconvénients :

  • La souscription d’un prêt immobilier entraîne un certain nombre de coûts, notamment les frais de notaire, les frais d’inscription hypothécaire, les frais administratifs et les frais de dossier à la banque.
  • Pour l’argent que vous empruntez, la banque prend une garantie ou une hypothèque sur votre maison. Si vous ne remboursez pas le prêt, ils ont le droit de vendre votre maison.
  • Il peut s’écouler un peu plus de temps avant que vous ne receviez le crédit, car cela implique beaucoup d’administration.

Si vous décidez de rénover votre maison et que vous avez déjà un prêt hypothécaire depuis plusieurs années, vous pouvez demander à votre banque une reprise de votre prêt hypothécaire. La banque vous prêtera alors le montant que vous avez déjà remboursé, que vous pourrez ensuite utiliser pour financer vos travaux de rénovation.

Un exemple : Vous avez acheté une maison en 2010 et donc emprunté 200 000 € pour cela. Aujourd’hui, vous avez déjà remboursé 90 000 €. Après toutes ces années, votre maison a besoin d’être rénovée et les travaux s’élèvent à 45 000 €. Comme ce montant est inférieur à celui que vous avez déjà remboursé sur votre prêt immobilier, vous pouvez demander à la banque une reprise.

Même si vous avez récemment remboursé votre prêt immobilier, une reprise souvent encore possible, car l’hypothèque sur un logement reste valable pendant 30 ans.

Différents avantages sont liés à la reprise de votre prêt hypothécaire pour payer vos travaux de rénovation :

  • Vous ne devez pas demander un nouveau prêt hypothécaire, ce qui vous permet d’économiser de nombreux coûts, comme les frais de notaire.
  • Vous déterminez la durée de la reprise. Cette durée ne doit pas nécessairement être la même que celle de votre prêt immobilier, mais elle ne peut pas dépasser la durée de validité de votre inscription hypothécaire (30 ans).
  • Vous choisissez le montant que vous souhaitez reprendre, avec un maximum du capital déjà remboursé.
  • Vous empruntez aux taux d’intérêt et aux conditions du marché actuel, car la banque considère qu’il s’agit d’une nouvelle ouverture de crédit. Cela peut aussi être un inconvénient, mais actuellement les taux d’intérêt sont encore très bas.
  • Vous pouvez choisir de contracter (à nouveau) une assurance solde restant dû pour votre reprise.
  • Ce système est plus intéressant pour les gros montants, tandis qu’un prêt travaux est plus intéressant pour les petits montants.
  • Vous pouvez combiner cela avec les subventions gouvernementales pour rendre votre maison plus économe sur le plan énergétique.

Bien sûr, il y a des inconvénients au remboursement d’un prêt immobilier :

  • Vous devez payer des frais de dossier à votre banque, car elle doit adapter votre dossier. Ces frais diffèrent d’une banque à l’autre, mais varient autour de 250 €.
  • Le montant que vous souhaitez retirer est limité au capital déjà remboursé. Si vous avez besoin de plus, vous devez contracter un prêt supplémentaire.
  • Vous payez au taux d’intérêt en vigueur, ce qui signifie qu’il peut aussi être plus élevé que le taux d’intérêt de votre prêt existant.
  • Depuis 2020, vous ne pouvez plus bénéficier de l’avantage fiscal pour la reprise, car la prime au logement flamande a été supprimée. Il n’y a plus non plus d’avantage fiscal en Wallonie ou dans la Région de Bruxelles-Capitale.