Menu

Pret

Acheter sa première voiture : tout ce qu’il faut savoir

En tant que jeune conducteur, acheter sa première voiture et demander un emprunt voiture n'est pas chose facile.

Par Pauline le Hardy le 2 November 2017 | Temps de lecture : 12 minutes

première voiture

Pour pouvoir acheter sa première voiture et l’utiliser, il est bien entendu impératif d’avoir son permis de conduire en poche. Et pour les jeunes conducteurs, cela prend parfois du temps. Il faut ensuite se poser plusieurs questions afin d’être en mesure de trouver la voiture qui correspond à son profil ainsi qu’à ses besoins. Que choisir : une voiture neuve ou une occasion ? Une diesel, essence, hybride ou électrique ? Les équipements et options sont-ils importants ? Ai-je besoin d’un emprunt voiture ? Quel usage en aurai-je ? Combien de kilomètres par an effectuerai-je en moyenne ? Quelle voiture pour un jeune conducteur ? Quand acheter sa voiture ? Quelles sont les conditions pour acheter une voiture ? Autant de questions essentielles afin de savoir vers quels modèles se diriger.

Mais laissez de côté les préjugés et critères esthétiques. Tout d’abord, c’est secondaire, et puis, il s’agit quand même de votre première voiture, jeune conducteur ou non. Pensez donc avant toute chose à choisir une voiture solide qui tiendra les différents accrochages et aléas du jeune conducteur. 

A. Établir son budget

Lorsque vous envisagez votre première voiture, il est important de commencer par déterminer le budget que vous être prêt à allouer à cet achat. Il se divise en deux catégories distinctes : l’achat (et autres frais uniques) et les charges récurrentes. Cette deuxième partie est non négligeable puisqu’elle comporte tous les coûts annexes, tels que le carburant, les taxes de circulation, les entretiens et éventuelles réparations, le contrôle technique annuel (si la voiture a plus de 4 ans) ainsi que l’assurance.

A.1. Penser aux frais uniques

Il s’agit des frais que vous ne devrez, par définition, payer qu’une seule fois. Outre l’achat d’une voiture, qu’elle soit neuve ou non, il y a différentes dépenses à prendre en compte, telles que :

  • la plaque d’immatriculation : la demande doit être effectuée auprès de la DIV et coûte 30€. À moins que vous ne souhaitiez personnaliser la vôtre, ce qui vous coûtera 2.000€. Bonne nouvelle : par souci de facilité, votre assureur peut s’occuper de l’immatriculation de votre voiture.
  • le certificat d’immatriculation est le document rose (ou beige pour les véhicules immatriculés après le 15/11/2010) composé de deux parties (une à garder dans le véhicule et l’autre à conserver à la maison). Il coûte 26€.
  • la taxe de mise en circulation : le montant à payer dépend des Régions et varie selon l’âge et la puissance du véhicule. Un éco-malus vient s’ajouter aux voitures émettant plus de 145 g de CO²/km (allant de 100€ à 2.500€ supplémentaires). Chaque propriétaire doit s’acquitter de cette taxe, mais une seule fois seulement. Et cela que la voiture soit neuve ou d’occasion.

A.2. Et aux frais récurrents

Aux dépenses uniques viennent s’ajouter d’autres frais importants à prendre en compte dans le calcul du budget alloué à l’achat d’une voiture, tels que :

  • l’assurance annuelle est un coût conséquent pour un jeune conducteur étant donné que les primes sont plus élevées. Elles le sont encore plus quand la voiture assurée est neuve et augmentent avec la puissance du véhicule. Afin d’en limiter le coût, pensez à l’adapter selon votre profil (roulez-vous beaucoup ou uniquement les week-ends?), comparez les offres, favorisez un véhicule d’occasion avec une petite cylindrée et n’optez pas pour la full Omnium. Vous pouvez également demander une offre à l’assureur de vos parents. Il pourrait être sympa et vous faire une offre intéressante.
  • la taxe de circulation dépend à nouveau des Régions et, tout comme la taxe de mise en circulation, varie selon la puissance de la voiture. Elle oscille entre 80,52€ et 2.060,92€ pour la Wallonie. Si vous habitez en Flandre, vous pouvez réaliser votre simulation ici. Elle, en revanche, est à payer tous les ans.
  • les entretiens et réparations. Les entretiens sont généralement réalisés tous les 15.000 km ou tous les ans. Mais tout comme les prix, cela varie d’un concessionnaire à l’autre. De plus, le prix des pièces varie selon les marques. pensez donc à privilégier une marque plus abordable.
  • le parking et les PVs. Et oui, rouler en ville peut rapidement coûter cher car il vous faudra, dans la plupart des rues, nourrir le parcmètre. Et si vous ne faites pas attention, une prune est vite arrivée. Il en va de même si vous avez le pied lourd.
Téléchargez notre plannificateur Nous vous aidons à gérer votre budget

B. Trouver la bonne catégorie de voiture

Une fois le budget établi, il est plus facile d’orienter ses recherches et de sélectionner la catégorie qui vous conviendra le mieux : une citadine, une sportive, un break, un SUV… Mais pour cela, vous devez vous poser les 4 bonnes questions suivantes :

  • Où ? Le type de parcours que vous effectuerez principalement déterminera en grande partie le type de véhicule dont vous aurez besoin. En ville ou à la campagne, sur petites routes ou autoroutes ?
  • Quand ? Les kilomètres filent à toute vitesse. Par conséquent, si vous pensez effectuer plus de 30.000 km par an, favorisez une diesel. Une essence sera intéressante pour de petits trajets quotidiens ainsi qu’un faible kilométrage annuel.
  • Comment ? Avoir une voiture à la mode est-il important pour moi ou le confort et le côté pratique priment-ils ? Si l’un n’empêche pas forcément l’autre, vous pourriez cependant devoir faire un choix. Savoir ce qui est le plus important pour vous vous aidera à prendre cette décision.
  • Quoi ? Quelle en sera mon utilité ? Prendrai-je souvent des passagers ? Aurai-je besoin d’un grand coffre ou celui d’une citadine suffira-t-il ?

C. Favoriser une voiture neuve ou une occasion ?

Acheter une voiture neuve, de direction ou d’occasion n’implique pas le même budget. Il est par conséquent essentiel de définir au préalable le montant que vous pouvez injecter dans un véhicule. Et 80% des jeunes de moins de 35 ans favorisent une voiture d’occasion. Tout d’abord, acheter un véhicule neuf coûte cher. Ensuite, après 2 ans, le prix d’une voiture est en moyenne diminué de 40%. Ce qui ravit les amateurs d’occasion.

C.1. Acquérir une voiture neuve

Si vous avez la possibilité d’acheter une voiture neuve, alors toutes les portes s’ouvrent à vous (restons dans un budget raisonnable, il s’agit d’une première voiture après tout). En effet, vous êtes plus libre en ce qui concerne la couleur de la voiture, le choix des sièges (en cuir ou en tissu), les différentes options dont vous rêvez (telles que le GPS intégré, le toit panoramique, l’aide au stationnement…). Par ailleurs, vous bénéficiez d’une garantie pouvant aller jusqu’à 7 ans selon les marques.

Mais acheter du neuf représente un investissement conséquent, surtout pour une première voiture et, pour un jeune conducteur qui plus est. Ensuite, alors que la valeur d’une voiture neuve diminue d’environ 15% dès la première année, ce n’est pas le cas pour celle d’un véhicule d’occasion, qui diminue moins rapidement.

C.2. Trouver la perle des occasions

Et si vous vous tournez vers un véhicule de seconde main, faites attention à choisir le bon canal et préférez l’acheter chez un concessionnaire ou via un réseau de distribution certifié qui vous fournira toujours une garantie d’un an minimum, quelque soit l’âge de la voiture. En effet, vous ne savez pas quels vices peut cacher une voiture de particulier et vous ne disposez pas toujours d’une garantie étant donné que le particulier n’est pas dans l’obligation d’en fournir une. Par ailleurs, privilégiez une marque moins populaire, les voitures ne faisant pas exception à la loi de l’offre et de la demande. Et le meilleur moment pour acheter un véhipremicule est juste après la sortie du nouveau modèle. Alors, où et comment acheter une voiture ?

Parmis les réseaux de marque, il y a, par exemple :

Afin de ne pas acheter un chat dans un sac, inspectez bien la voiture (intérieur comme extérieur) et essayez-la vous-même en vous mettant au volant. Si possible sur petites routes ainsi que sur autoroute, en ville et à la campagne, afin de tester le confort, la tenue de route, et vérifier qu’il n’y a pas de bruits ou de sensations étranges. C’est également le moment opportun pour vérifier que tout va bien. La voiture démarre-t-elle du premier coup ? Toutes les portes et fenêtres sont-elles en bon état de fonctionnement ? Y a-t-il un bruit bizarre lors des changements de vitesse ?

Lorsque vous achetez une voiture d’occasion, pensez à la soumettre à un contrôle approfondi. N’hésitez pas à aller la voiture accompagné d’un connaisseur. Par ailleurs, veillez à bien recevoir tous les jeux de clefs ainsi que les différents documents liés au véhicule et à vous assurer de leur véracité. Voici ceux que vous devez impérativement recevoir du vendeur :

  • la facture originale d’achat : le vendeur particulier doit obligatoirement vous la fournir. Le professionnel, quant à lui, doit également vous fournir une nouvelle facture avec le nom, l’adresse et le numéro de TVA du distributeur. Doivent également y figurer les informations relatives à la voiture (marque, modèle, numéro de châssis, kilométrage au moment de la vente, année de fabrication, puissance du moteur et date de mise en circulation).
  • le certificat de demande d’immatriculation (aussi connu sous le nom de carte grise) doit être accompagné d’une attestation du contrôle technique (ou rapport) “occasion” datant de maximum deux mois avant la date de vente.
  • le certificat de visite du dernier contrôle technique : toute voiture de plus de 4 ans doit obligatoirement passer au contrôle technique chaque année.
  • le certificat de conformité prouve que le véhicule satisfait aux exigences technique du constructeur automobile.
  • le certificat d’installation du LPG si la voiture en est équipée.
  • le Car-Pass : il s’agit de l’historique kilométrique de la voiture. C’est un document officiel qui précise le kilométrage connu et les dates d’inspection. Cela permet de limiter les fraudes.

D. Financer son véhicule

Pour un jeune conducteur, l’achat d’une première voiture représente un sacré budget, qu’elle soit neuve ou d’occasion. Il est donc essentiel de réfléchir en amont aux différentes façons de la financer. Voici celles qui s’offrent à vous : payer la totalité vous-même, effectuer un apport personnel ou contracter un prêt.

D.1. Crédit voiture neuve ou prêt occasion ?

Qu’est-ce qu’un prêt auto ? Il s’agit d’un prêt à tempérament affecté, c’est-à-dire qu’il a pour seul but le financement de la voiture, vous permettant de payer un véhicule motorisé, qu’il soit neuf ou d’occasion. Et comme pour tout crédit, vous remboursez un montant mensuel incluant des intérêts spécifiés dans le contrat durant une durée également prédéterminée. Les banques pratiquent généralement des taux plus faibles pour les véhicules électriques et les véhicules neufs.

Un prêt pour une voiture d’occasion sera dans la plupart des cas deux à trois fois plus élevé que pour un modèle neuf. Pourquoi ? D’une part, le risque de défaut de paiement est légèrement plus élevé. En effet, les personnes qui se tournent vers un véhicule d’occasion ont d’ordinaire moins de marge budgétaire, ce qui représente une certaine incertitude pour les banque quant au remboursement total de la somme empruntée. Par ailleurs, les individus ont tendance à arrêter les paiements lorsqu’ils rencontrent de gros problèmes techniques tels qu’une panne moteur ou un problème d’embrayage. D’autre part, les constructeurs automobiles commencent à représenter une certaine concurrence aux banques en offrant à leurs particuliers des solutions de paiement, comme un financement flexible, un prêt à taux zéro ou un leasing. Pour compenser cela, les institution financières diminuent de plus en plus leur taux annuel effectif global (TAEG, autrement dit le pourcentage d’intérêt) pour les véhicules neufs. Mais puisque les concessionnaires ne se concentrent pas encore sur le taux des voitures d’occasion, les banques ne perçoivent pas la nécessité de revoir leur TAEG à la baisse.

D.2. Fonds propres

Vous disposez de suffisamment d’économies qui vous permettent d’acquérir cette voiture sans devoir passer par la case prêt ? Ou bien vos parents sont prêts à vous l’offrir ? Dans ce cas-là, vous faites partie des chanceux capables de débourser la somme en une fois.

Prenons un exemple : Une Skoda Fabia neuve vous a tapé dans l’oeil. Après avoir sélectionné les options qui vous intéressent (telles que le GPS, les sièges chauffants et réglables en hauteur, l’aide au stationnement avant et arrière, le volant multi fonction et chauffant,…), le prix total est d’environ 22.000€.

Financer vous-même votre voiture vous reviendra au prix d’achat, à savoir 22.000€. Vous ne payez donc aucun supplément.

D.3. Faire un apport personnel

Lorsque vous optez pour un crédit auto, il est intéressant d’effectuer un apport personnel. Environ de 20%, celui-ci vous permet de diminuer le montant emprunté et, par conséquent, de limiter le coût des mensualités ainsi que le prix total d’achat. Par ailleurs, en cas de vol du véhicule ou d’accident durant la période de remboursement, vous avez plus de chance d’être indemnisé par votre assureur (vous permettant ainsi de solder votre crédit) si vous avez fait un apport personnel. Ceci est moins le cas lors d’un emprunt voiture à 100%.

Dans notre exemple ci-dessus d’une Skoda Fabia à 22.000€, si vous faites un apport personnel de 20%, cela revient à payer 4.400€ de votre poche. Pour atteindre 100% du montant, vous devrez donc introduire une demande de prêt de 80%, à savoir 17.600€.

  • Mensualités d’environ 300€
  • TAEG (taux annuel effectif global) d’environ 1,50% (variant selon les banques)
  • Coût total d’environ 18.300€
  • Soit un supplément de 700€

18.300€ (coût total de l’emprunt voiture) + 4.400€ (votre apport personnel) = 22.700€ (financement total). Soit un supplément total de 700€.

D.4. Crédit 100%

Dans la majorité des cas, un financement est nécessaire et intéressant car cela permet d’étaler les frais sur plusieurs années (généralement 5 ans). En revanche, un emprunt voiture implique toujours des intérêts et, par conséquent, une dépense plus importante au final. Il existe deux types de prêt possibles pour l’achat d’une voiture :

  • Le prêt personnel est un crédit non affecté, ce qui signifie qu’il n’est pas directement lié à l’achat de la voiture : vous n’êtes pas dans l’obligation de fournir une facture ou une quelconque preuve d’achat. Vous pouvez utiliser la somme perçue comme bon vous semble. Étant donné que l’institution financière à laquelle vous faites appel n’a pas de réelle garantie, elle pratiquera un taux plus élevé que dans le cas d’un prêt auto.
  • Le prêt voiture occasion ou neuve est dit affecté puisqu’il sert uniquement à financer la voiture. Pour l’obtenir, vous devez apporter un justificatif à la banque. Il est possible que cette dernière prenne la voiture en gage, servant alors de garantie en cas de non paiement. Par conséquent, le taux sera plus intéressant que celui d’un prêt personnel.

Reprenons notre exemple de la Skoda Fabia à 22.000€. Pour un crédit de 100% (22.000€) remboursé sur 5 ans :

  • Mensualités d’environ 380€
  • TAEG (taux annuel effectif global) d’environ 1,50% (variant selon les banques)
  • Coût total d’environ 22.900€
  • Soit un supplément de 900€

D.5. Crédit 110 ou 120%

Lorsque vous faites une demande de crédit pour acheter un véhicule, il est possible de prendre jusqu’à 110% voire 120%. Mais pourquoi s’endetter encore plus ? La réponse est simple ! Acquérir une nouvelle voiture implique avoir des dépenses supplémentaires, séparées du coût même de la voiture. Consultez à ce sujet notre paragraphe un peu plus haut sur les frais récurrents.

Restons avec notre Skoda Fabia à 22.000€. Un emprunt voiture de 120% (à savoir 26.400€) remboursé sur 5 ans :

  • Mensualités d’environ 460€
  • TAEG (taux annuel effectif global) d’environ 1,50% (variant selon les banques)
  • Coût total d’environ 27.400€
  • Soit un supplément de 1.000€

D.6. Prêt 0% chez le concessionnaire

Les concessionnaires offrent de plus en plus la possibilité de financement du véhicule acheté chez eux. Cependant, cela implique dans certains cas un paiement de 15% en guise d’acompte. Ces derniers essayent d’être plus attractifs que les banques en proposant un TAEG (taux d’intérêts) très faible, voir de 0%, ce qui semble à première vue très alléchant. Quoi de mieux qu’acheter une voiture à crédit tout en bénéficiant d’un “financement gratuit” ? Détrompez-vous !

D’une part, aucun crédit ne vous sera accordé gratuitement. Il existe bel et bien des intérêts sur ce prêt : ils sont pris en charge par le concessionnaire lui-même. C’est donc un geste commercial. Puisqu’il s’engage à les payer, la durée de contrat sera généralement limitée, avec comme conséquence directe pour vous des mensualités pouvant être exorbitantes. Et qui dit geste commercial dit souvent peu voire pas d’avantages supplémentaires sur la voiture. Qu’il s’agisse d’une remise directe en euros ou de l’ajout d’options intéressantes.

D’autre part, intérêts à votre charge ou non, un prêt implique une ouverture de crédit. Cela signifie que vous serez inscrit dans les registres de la Centrale des Crédits aux Particuliers. Et ceci pourrait avoir un impact sur vos demandes de prêt futures.

E. Conclusion

Mais quelques soient vos choix, vous l’aurez compris : acheter une voiture n’est pas une mince à faire. Il s’agit d’un projet qui doit être mûrement réfléchi car cela implique diverses dépenses. Et on le sait, il y a toujours des imprévus. Étudier toutes les offres et possibilités de financement avant de contracter un emprunt voiture est donc primordial. Alors Patience, Prudence et Bonne route.

Comparez les prêts en Belgique

Comparaison de plus de 30 institutions financières